Retour à l'accueil Ville de Tulle Infos travaux INFO TRAVAUX
A-A
Envoyer par mail Imprimer la page

Les ruches tullistes au fil du temps




AOUT 2017 : Un monde fou à l’extraction de miel en public !

 

Le 3 août, entre 120 et 150 tullistes et touristes se sont pressés à la salle Latreille pour assister à l’opération d’extraction du miel produit par nos abeilles.
Les questions ont été aussi nombreuses que pertinentes, avec comme toujours des réponses et explications très étayées de Yves Delaunay.
Chacun a pu comparer les saveurs des trois récoltes de miel de l’année 2016 et goûter à la brèche (miel en rayons) de la récolte de cet été 2017.
Contrairement aux années précédentes, la récolte de miel des ruches du parc de la mairie est cette année très faible : 30 kg. Cela est dû à une météo très contrastée : le gel tardif (fin avril) a détruit les floraisons, en particulier des acacias. En outre, les montées de nectar de la plupart des floraisons ont été bloquées par la fraicheur en mai puis par la canicule en juin.
Néanmoins les abeilles se portent bien et elles disposent des réserves nécessaires pour passer l’hiver prochain.




JANVIER 2017 : ZERO PESTICIDE DANS LES ESPACES VERTS



Depuis le 1er janvier 2017, en France, l’usage de produits phytosanitaires par les collectivités locales et les établissements publics est interdit pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts et voiries. C’EST BON POUR NOTRE SANTE ET C’EST BON POUR LES ABEILLES !
A Tulle, nous avons précédé la Loi de plusieurs années puisque les services municipaux n’utilisent ni désherbants ni insecticides, ni fongicides depuis 2011.
La commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites à partir du 1er janvier 2019. Cette mesure concerne tout particulièrement les jardiniers amateurs.
Les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique peuvent être utilisés.

Analyse pollinique du miel récolté en juillet 2016
Structure liquide. Couleur ambré clair. Odeur, puissance moyenne, fruité. Saveur assez douce, fruitée.
Pollens dominants : 0
Pollens d’accompagnements : châtaignier, prunier , poirier.
Pollens minoritaires : robinier faux acacia, choux, genet, bourdaine, cornouiller sanguin.
Pollens anémophiles non nectarifères : pins, graminées.

Analyse pollinique du miel récolté en août 2016
Structure liquide. Couleur ambré foncé. Odeur assez puissante, fruitée. Saveur : amertume.
Pollens dominants : châtaignier
Pollens minoritaires : ronce, tilleul, trèfle blanc, tournesol, troène, thym.
Pollens anémophiles non nectarifères : vigne vierge


NOVEMBRE : UNE ANNEE 2016 DIFFICILE POUR LES ABEILLES


L'année apicole s'achève, les abeilles se préparent à l'hiver.
Nos avettes viennent de passer une année particulièrement difficile car le printemps fut au point de vue météorologique très perturbé par une pluviométrie importante et des températures basses pour un printemps.
Nos abeilles n'ont pas butiné les fleurs à leur guise entrainant un développement de la colonie inadapté car il y avait des carences en pollens.
Les reines des ruches de Tulle vieillissent et une d'elle est morte à l'automne. Mais nous avons déjà une remplaçante. Ainsi nous mettrons en place une nouvelle colonie au printemps 2017.
Pour l'instant les colonies du parc de la mairie sont prêtes à affronter l'hiver.


AOÛT : EXTRACTION EN PUBLIC DE LA TROISIEME RECOLTE DE L’ANNEE


Un public nombreux et très attentionné a assisté à l’extraction du miel au CCS, le 11 août. Les Tullistes, touristes, enfants, ont pu goûter à la récolte et poser mille questions à Monsieur DELAUNAY. Merci à Monsieur CHAZARIN, apiculteur amateur de Tulle qui a prêté son matériel personnel d’extraction ! En effet le matériel professionnel de M. et Mme DELAUNAY n’est pas transportable.
Au fait, pourquoi ne pas réaliser cette démonstration sur une place publique ? La réponse est simple : ce serait au risque d’attirer des abeilles par milliers, mais aussi guêpes et frelons par l’odeur alléchés. L’extraction dans une salle est donc requise et disons …plus confortable.
 



JUILLET : RETOUR SUR LA PREMIERE RECOLTE DE L’ANNEE 2016


Une première récolte de miel a pu être faite à la mi-mai. Malgré des conditions climatiques difficiles les abeilles ont bien travaillé : 48 kg de miel récolté sur les trois ruches.
La structure du miel est liquide, de couleur ambrée foncé. Sa saveur est fruitée, acidulée.

L’analyse pollinique :
Pollens dominants : prunier, poirier
Pollens d’accompagnements : châtaignier
Pollens minoritaires : choux, saule, pissenlit, érable
Pollens anémophiles non nectarifères : chêne, plantain



AVRIL 2016 : REINES MERES


Cette année est une année charnière pour nos colonies car les reines ont maintenant plus de trois ans et nous allons être obligés de les remplacer.
L'hiver a été doux, humide, et le printemps pour l'instant est frais et pluvieux ce qui permet un bon développement des colonies grâce aux apports en pollen.
En espérant une remonté des températures et surtout pas de gelée car les acacias ébourgeonnent, nos avettes sont prêtes



JANVIER 2016 - CE QUE NOS ABEILLES ONT BUTINE EN 2015

 
Nous avons fait analyser un échantillon des trois récoltes de miel de l’année par le Laboratoire d’Analyses et d’Ecologie Apicole de Guenages (57).
Cette analyse dite « pollinique » nous permet de connaître les espèces florales que les abeilles ont butiné suivant les saisons et qui leur ont permis de produire leur miel.
 
Récolte du 23 avril 2015
Structure : cristallisation grossière et ferme
Couleur : jaune
Odeur : assez puissant
Saveur : complexe, persistant
Pollens dominants : castanea sativa (châtaignier) – salix (saule)
Pollens minoritaires : taraxacum (pissenlit) – prunus/pyrus (prunier/poirier) – trifolium repens (trèfle) – aesculus hippocastanum (marronnier) – centorea (centaurée) – genista (genêt)
Pollens isolés : ilex aquifolium (houx) – brassica napus (chou) – rubus (ronce)
Pollens anémophiles ou de plantes réputées non nectarifaires : quercus (chêne) – juglans (noyer)
Appellation : PISSENLIT
 
Récolte du 20 mai 2015
Structure : liquide voilé
Couleur : ambré clair
Odeur : assez faible, fruité
Saveur : complexe, fruité, acidulé
Pollens dominants : robinia pseudacacia (acacia)
Pollens d’accompagnements : prunus/pyrus  (prunier et poirier)
Pollens minoritaires : brassicaee (chou) – rubus (ronce)
Pollens isolés : rhamnaceae (bourdaine) – melilotus (mélilot) – castanea sativa (châtaignier)
Pollens anémophiles ou de plantes réputées non nectarifaires : quercus (chêne) – poaceae (graminée)
Appellation : FLEURS
 
Récolte du 22 juillet 2015
Structure : liquide voilé
Couleur : ambré foncé
Odeur : assez faible, complexe
Saveur : complexe, mentholé
Pollens dominants : castanea sativa (châtaignier)
Pollens minoritaires : tilia (tilleul) – rubus (ronce) – ligustrum vulgare (troène)
Pollens isolés : robinia pseudacacia (acacia)
Pollens anémophiles ou de plantes réputées non nectarifaires : poaceae (graminée)
Appellation : TILLEUL


OCTOBRE : LES ABEILLES D’HIVER


Nos abeilles tullistes sont encore bien actives mais les beaux jours sont derrière nous. Nos avettes se préparent à la mauvaise saison et maintenant il n'y a plus que les abeilles d'hiver qui naissent, ce sont elles qui assureront le passage de la saison hivernale et le démarrage printanier. Leur alimentation sera différente : outre le miel en réserve dans la ruche, il faut qu'elles aient à disposition les pollens les plus variés possible. Heureusement l'environnement floral de nos ruches à tulle est riche.



23 JUILLET – EXTRACTION EN DEMONSTRATION


Le 23 juillet au Centre Culturel et Sportif, un quarantaine de tullistes de tous âges ont pu assister aux opérations d’extraction du miel, goûter aux morceaux de brèche (miel en rayon) et avoir réponse aux nombreuses questions posées sur la vie des abeilles, sur l’apiculture et sur l’environnement.

1 - Désoperculation
La première étape consiste à enlever la pellicule de cire qui bouche les alvéoles remplies de miel. Pour cela est utilisé un couteau à désoperculer.
2 - Extraction
Les cadres désoperculés sont placés dans une cuve appelée extracteur. Une manivelle (ou un moteur) fait tourner les cadres à grande vitesse. Par le biais de la force centrifuge les gouttes de miel sont projetées sur les parois de la cuve.
3 - Filtrage
Après récupération de l’extracteur, le miel contient des impuretés (cire, propolis, pollens, …) ; il convient de le passer dans des filtres.
4 - Maturation
Une fois filtré, le miel doit encore reposer quelques jours pour faire remonter, sous formes d’écumes, l’ensemble des dernières impuretés.



La troisième récolte de l’année est encore exceptionnelle. Pas moins de trois hausses par ruche, toutes pourvues de cadres remplis à ras-bord de miel, ont été prélevées au rucher du parc de la mairie, soit plus de 120 kg de miel (40kg par ruche en moyenne).

 

FIN MAI – DEJA DEUX RECOLTES DE MIEL


Nos abeilles tullistes travaillent bien puisque au mois de mai , nous avons fait deux récoltes.
Une récolte début mai, sans doute du miel de pissenlit, et une autre fin mai que nous supposons être du miel d'acacia. Bien sûr nous ferons analyser ces deux miels pour confirmation.
En attendant, nos avettes sont très actives et les colonies populeuses ; cela est un bon présage pour la suite de la saison estivale.



11 MAI : VISITE DES ENFANTS DE L’ECOLE DE L’AUZELOU


Les enfants de CE2 et CM1 de l’école de l’Auzelou rendaient visite aux abeilles le 12 mai. C’était une journée idéale pour les abeilles : météo très favorable avec des températures élevées dès le matin et une profusion sur Tulle d’acacias en fleur. Ce fût plus difficile pour les enfants qui n’ont pas tous eu l’occasion d’approcher de très près les ruches. En effet, les « gardiennes », après avoir accepté la présence des premiers groupes d’enfants, marquaient leur territoire de façon de plus en plus insistante au moyen de danses intimidantes dans les airs. Tout s’est bien passé malgré tout …à quelque distance.


AVRIL : LA VISITE DES ENFANTS DE L’ECOLE DE LA CROIX DE BAR


Abeille

Les enfants en maternelles et C.P de l’école de la Croix de Bar découvrent le monde merveilleux des abeilles depuis plusieurs semaines avec leurs institutrices au travers de jeux à la fois ludiques et sérieux. Yves DELAUNAY est intervenu à deux reprises au cour du mois de février dans les classes.
Point d’orgue de la démarche : une visite des ruches du parc de la mairie par les enfants, mardi 20 avril, avec une météo tout à fait favorable et des abeilles très actives.
Les enfants, protégés par des vareuses d’apprentis apiculteurs ont pu approcher les abeilles au plus près, assister à leurs envols et à leurs retours toutes chargées de pollens.
Les enfants seraient bien restés un peu plus longtemps mais, dommage, il ne fallait pas trop embêter les abeilles !




 

Plantation d’arbres fruitiers

Dans le cadre du suivi pédagogique des ruches des écoles de la Croix de Bar et de l’Auzelou, deux poiriers et deux pêchers ont été plantés, dans chacune des écoles et à proximité des ruches histoire de bien comprendre que les abeilles ont besoin de fleurs pour collecter leur nectar et que les arbres fruitiers ont besoin des abeilles pour être pollinisées et former des fruits.



 

MARS : UNE REINE TRES ACTIVE


Le mois de Mars est comme d'habitude le départ d'une longue activité estivale. La reine pond de plus en plus pour augmenter le nombre d'abeilles qui contribueront à collecter en quantité pollen et nectar. Ce butin si précieux pour la bonne santé de nos avettes nous permettra sans doute de faire de bonnes récoltes de miel ; mais restons prudents car le mois d'avril avec ses gelées n'est pas passé. Pour l'instant, tout va bien !



JANVIER 2015 : APELLATION « TILLEUL » POUR LE MIEL DE JUILLET


Résultats de l’analyse pollinique du miel récolté en juillet :
Pollens dominants : Castanea sativa (châtaignier)
Pollens d’accompagnement : Rubus (ronce)
Pollens minoritaires : Tilia (tilleul) – Centaurea (centaurée)
Pollens isolés : Génista (genêt) – Salix (saule) - Apiaceae (berce, carotte, livèche,…) – Liliaceae (muscari, ail, oignon,…)
Analyse réalisée par le Centre d’Etudes Techniques Apicoles de Moselle
Bien que la présence des pollens de tilleul soient minoritaires en quantité, l’appellation « tilleul » se justifie par la sous-représentation habituelle de cette essence. D’ailleurs, il se dégage très clairement une odeur et une saveur de tilleul de cette récolte de miel.

La température douce de début janvier a permis à nos abeilles de sortir les après-midi, favorisant le butinage des fleurs de noisetier. Ainsi, le pollen frais rentré à la ruche a relancé la ponte de la reine. Ces sorties favorisent la sortie de déjections libérant les glandes de Malpighi, ce qui est très important pour une bonne hygiène de la colonie.


DECEMBRE : LES PROVISIONS POUR L’HIVER


Déjà  décembre et nos abeilles tullistes se resserrent dans la ruche pour former une grappe autour du couvain afin de le réchauffer. Depuis la fin de l'été, la température et les jours ensoleillés ont permis à nos avettes de se préparer tranquillement à l'hiver en amassant pollen et nectar. Mais en novembre les fleurs sont rares et les nombreuses sorties de nos abeilles les ont épuisées.
La douceur exceptionnelle de cette saison automnale a poussé nos abeilles à une activité inhabituelle et par voie de conséquence elles ont déjà entamé leur réserve de miel. Il faudra donc surveiller l'évolution de la consommation.


OCTOBRE : 83 Kg DE MIEL PAR RUCHE !


Les trois ruches de Tulle se portent bien et nous pouvons dire que la saison 2014 a été riche en abondance de miel. Nos avettes ont butinées et amassées énormément de nectars malgré une météo capricieuse. Nous avons récoltés au début de printemps, une autre fois au mois de juin et au mois de Juillet ce qui fait une moyenne de 83 kilos de miel par ruche.
C'est une grosse production très supérieure à la moyenne départementale.
Pour le moment nos colonies tullistes sont très populeuses et butinent les fleurs de lierres avant de rentrer en hivernage.

Abeilles Tulle


La production moyenne par ruche des professionnels de l’apiculture est d’environ 24kg par an. Une étude montre que ce rendement a diminué de 6kg entre 1997 et 2004 …préoccupant !



AOUT – MIEL DE JUIN


Résultats de l’analyse pollinique du miel récolté en juin :
Pollens dominants : Robibia pseudacacia (fleurs d’acacia)
Pollens minoritaires : Centaurea cyanus (bleuet) – Castanea sativa (châtaignier) – Gentiana type (gentiane) – Prunus/Pyrus (différents arbres fruitiers)
Pollens isolés : Acer (érable) – Aesculus (marronnier) – Salix (saule) – Ligustrum (troène) – Plantago (plantain) – Pinaceae (pin, sapin)
Analyse réalisée par le Centre d’Etudes Techniques Apicoles de Moselle.


25 JUILLET : EXTRACTION DU MIEL EN PUBLIC
 

Une trentaine de personnes de tous âges ont assisté, salle Latreille, à l’extraction de la récolte de miel effectuée la veille dans le parc de la mairie. Un beau moment où chacun a pu goûter au miel et poser mille questions à Yves DELAUNAY …absolument incollable !



Comment fait-on ?

 

Les cadres chargés de miel sont d’abord décollés et retirés de la hausse. Puis il faut, à l’aide d’un couteau spécial désoperculer les rayons, c’est-à-dire couper la pellicule de cire avec laquelle les abeilles bouchent les cellules pleines de miel. Les cadres sont installés dans l’extracteur, qui est une sorte de centrifugeuse dont la vitesse de rotation permet au miel de sortir des cadres. Le miel est ensuite décanté et filtré pour en retirer les impuretés.

Abeilles à Tulle


LE MEILLEUR DE TULLE

 

Il n’est pas rare que notre maire offre un pot du miel aux visiteurs de marque de passage dans notre ville. Un cadeau original, gourmand et surtout symbolique … le meilleur de Tulle concentré dans un pot doré. Najat Vallaud-Belkacem, Ministre du Droit des femmes, de la Ville, de la jeunesse et des Sports, de passage à la Station sport nature de l’Auzelou, a particulièrement apprécié.

 






JUILLET – ANALYSE POLLINIQUE

 

Le miel récolté début avril a fait l’objet d’une analyse par le Centre d’Etudes Techniques Apicoles de Moselle :
Appellation : « miel de pissenlit »
Pollens d’accompagnement : Myosotis, salix (saule), prunus/pyrus (pruniers et poiriers)
Pollens isolés : brassica (chou), quercus (chêne)
Examen sensoriel :
Structure : cristallisation assez grossière et assez souple
Couleur : jaune
Odeur : assez puissant, complexe
Saveur : complexe, acidulé, persistant
Nous attendons les résultats de l’analyse du miel récolté début juin et déjà, une troisième récolte s’annonce !




JUIN – DES RECOLTES EXCEPTIONNELLES


Nous avons récoltés pour la deuxième fois cette année les trois ruches de Tulle et une belle surprise car les six hausses de posées étaient bien pleines de miel de couleur claire et les opercules blanches comme de la neige.
Est-ce du miel d'acacia ? Nous attendons le résultat d'analyse.
Nos ruches de Tulle n'ont pas fini de nous surprendre !

Abeilles à Tulle Abeilles à Tulle



LUNDI 14 AVRIL : « Y EN A UNE QUI A DU POLLEN AUX PATTES ! »


Les enfants de l’école Clément Chausson ont rendu visite aux ruches. Tous les médias locaux étaient là (presse, radios, TV) ainsi que Monsieur le maire et des conseillers municipaux.
C’était l’occasion d’inaugurer les nouveaux corps de ruche décorés en classe par les enfants dans lesquels Yves DELAUNAY a installé les essaims. Chaque ruche a été baptisée : La Reine – l’Ouvrière – le Faux Bourdon.
Par petits groupes, protégés d’éventuelles piqures par des chasubles de protection, les enfants se sont approchés tout près des ruches pour observer les abeilles : les gardiennes sur le qui-vive mais pas affolées par l’agitation inhabituelle - les ouvrières prenant leur envol – d’autres pénétrant dans la ruche chargées de pollen – là des traces de propolis, … un merveilleux spectacle !

Abeilles à Tulle Abeilles à Tulle



DEBUT AVRIL : QUE DU BONHEUR !



Le printemps est doux et déjà très fleuri partout en ville. C’est un vrai bonheur pour les ruches de Tulle où le nectar coule à flot et où le pollen s'entasse en grande quantité. Les quantités amassées par nos abeilles sont si importantes qu'il a fallu, déjà,  installer une hausse sur chaque ruche.

Un dur labeur de collecte de nectar et de pollen commence pour les abeilles. Le printemps est une période cruciale pour les réserves car il y a une augmentation de la ponte donc plus de couvain à nourrir. De plus, il leur faut maintenir une température de 35 à 36 degrés dans la ruche pour le bien-être des larves. Cela se concrétise par une consommation supplémentaire de 100 à 200 g de miel … par jour !



FEVRIER 2014 : LES ABEILLES PASSIONNENT LES ENFANTS


Les élèves et les abeilles


Voilà, ça y est, les élèves de la classe CE2/CM1 de Monsieur CORNET à l’école Clément Chausson ont commencé un cycle de découverte du monde merveilleux des abeilles et de l’apiculture. En trois séances au sein de la classe, Yves DELAUNAY en fin pédagogue a su passionner les enfants qui retiennent de façon étonnante les termes techniques et tous les processus de la vie relativement complexe des abeilles. Une visite des ruches du parc de la mairie est prévue au printemps.


Nos abeilles Tullistes se portent bien même dans la ruche où la réserve de nourriture est la plus faible. Pour l'instant , cet hiver doux et très humide si néfaste pour nos avettes  n'a pas perturbé leur développement car les reines pondent et de jeunes abeilles sont nées tout récemment.
Mais ne nous emballons pas …les dernières semaines hivernales seront longues et difficiles car il faut maintenant que nos abeilles consomment plus pour nourrir les larves et les nouveaux nés.



DECEMBRE : ATTENTION AU CHAUD ET FROID


Profitant d'une température particulièrement clémente pour la saison les après-midis, nos abeilles voltigent avec bonheur devant l'entrée des ruches.

Si la météo en ce moment est agréable pour nous humains elle est dangereuse pour les abeilles car il y a trop d'écart de température entre la nuit et le jour ainsi que beaucoup d'humidité. Cela peut provoquer une mortalité brutale de nos avettes. Mais pour l'instant, nos abeilles tullistes se portent bien.



NOVEMBRE : RESULTATS DE L’ANALYSE POLLINIQUE


L’analyse pollinique de l’échantillon de miel a été réalisée par Monsieur Paul SCHWEITZER, Directeur du Laboratoire et d’écologie apicole C.E.T.A.M. Lorraine.
L’analyse démontre qu’il y a peu de fleurs mellifères dans le centre-ville de Tulle car l’essentiel des pollens trouvés dans l’échantillon sont ceux du châtaignier (96%). De façon plus minoritaire, ont été repérés des pollens de tilleul (sans doute ceux de la Place Pasteur) ainsi que de ronce, chardon, trèfle blanc, troène, centaurée, bruyère cendrée et plantain.
On constate une forte présence de miellat c’est-à-dire des matières sucrées produites par les pucerons dont les abeilles sont friandes.

L’échantillon analysé provient d’un miel produit en été. Il sera intéressant de procéder à une nouvelle analyse sur le miel que nous espérons récolter au printemps 2014 pour repérer une plus grande diversité d’espèces florales butinées par nos abeilles, l’acacia notamment , particulièrement abondant tout le long de la vallée de la Corrèze.



FIN OCTOBRE : PREPARATION A L’HIVERNAGE


Nos abeilles voltigent avec ardeur pour apporter le dernier pollen et nectar de l'année . Ce précieux butin trouvé sur les fleurs de lierre, dernière floraison abondante avant l'hiver, constitue une manne importante pour nos abeilles. Il est indispensable de préserver coute que coute ces formes végétatives qui sont du véritable pain béni pour nos abeilles.
La reine, encouragée par cette nourriture abondante se met à pondre ce qui donnera dans 21 jours de jeunes abeilles qui renforcerons la population hivernale et seront de véritables piliers pour assurer la reprise printanière.



Début octobre : dégustation


Pots de miel - Ville de Tulle
Un pot de miel est parti pour analyse. En attendant les résultats, les conseillers municipaux ont pu s’adonner à une dégustation de la « Douceur tulliste ». Un miel ambré, très goûteux …mais pour lequel il est bien difficile de définir l’origine des nectars. L’analyse pollinique nous renseignera.

L'automne arrive, la saison apicole prend fin. Les journées peuvent être chaudes mais les nuits sont plus fraiches .
La flore est en diminution, heureusement les abeilles de nos trois ruches Tullistes ont la chance de butiner les fleurs de lierre de la ville.
Pour nos avettes, il va falloir se préparer à l'hiver. Les abeilles qui naissent depuis fin août sont différentes de celles que nous avons connues du printemps à la fin de l'été ; elles seront mieux armées pour résister aux rigueurs climatiques hivernales .
 


Fin août : première récolte


Contre toute attente, les abeilles ont investi une partie des hausses, ce qui permet une récolte, certes assez faible (un peu moins de 5kg au total) mais suffisante pour envisager, après le travail d’extraction et de conditionnement, une dégustation et une analyse pollinique.



Août : visite du maire


Bernard COMBES, maire de Tulle, vient prendre des nouvelles des quelques 150 000 abeilles tullistes. Certes, une récolte de miel n’est pas encore assurée mais le maire espère être en mesure de partager une dégustation avec les conseillers municipaux pour une rentrée …toute en douceur.
Le site se révèle idéal pour les abeilles qui ne souffrent pas de la chaleur grâce à l’ombre des arbres. Leur besoin en eau est facilité par la proximité de la rivière Corrèze et du bassin du parc de la mairie.

Les abeilles remplissent leur jabot pour rapporter l’eau à la ruche. Les besoins d’une ruche en plein été sont de cinq à six litres par jour.  Cette eau est principalement utilisée pour la nourriture larvaire mais également pour les abeilles adultes.



Mi juillet : installation des hausses


Yves Delaunay constate avec bonheur le bon comportement et la bonne santé des abeilles. Elles ne semblent pas dérangées par les bruits de la ville ni par les mouvements des voitures et piétons sur le parking Gabriel Péri tout proche.
Les alvéoles des rayons sont déjà bien remplies, preuve qu’il y a de quoi butiner en abondance à Tulle.
Yves installe des hausses sur les ruches …avec la promesse d’une récolte de miel ?

La hausse est une boite remplie de cadres à rayons installée en partie supérieure de la ruche. Elle constitue en quelque sorte le grenier de la ruche. Les abeilles y stockent leur surplus de miel …que l’apiculteur peut alors récolter.



Début juillet : ça se passe très bien !


Le temps est enfin chaud et sec. Les abeilles ont trouvé leur marque et rattrapent le temps perdu. Leur va et vient est constant, avec une très forte densité. Où vont-elles et d’où reviennent-elles ? … En tous cas, les tilleuls de la Place Pasteur située à 300 mètres à vol d’oiseau bourdonnent d’abeilles attirées par l’odeur alléchante !

Du nectar au miel

L'abeille plonge sa trompe à l'intérieur du pistil de la fleur et aspire le nectar. Elle le stocke ensuite dans son jabot et le transporte à la ruche où il est ruminé par d'autres abeilles. Ainsi, il se mélange avec la salive et se transforme en miel.
Ce miel est ensuite déposé dans les alvéoles de la ruche. Il servira à nourrir les larves.



25 juin : un début timide


La météo reste défavorable (frais, pluvieux). Les abeilles sortent de leur ruche, en petit nombre, comme avec prudence et circonspection.

Une année difficile :

De façon générale pour l’ensemble des apiculteurs la situation est difficile cette année. En effet,  en raison d’un printemps particulièrement pluvieux les abeilles n’ont pas pleinement profité des floraisons pour se nourrir convenablement et la production de miels est particulièrement faible.



18 juin 2013 : installation des ruches


Débroussaillé la veille par les services techniques de la ville, le site accueille à l’aube les trois ruches positionnées par Yves Delaunay et son fils sur une terrasse en surplomb du parking Gabriel Péri. Une bâche (provisoire) a été tendue pour répondre aux prescriptions imposées par un arrêté Préfectoral.

Un arrêté Préfectoral de la Corrèze fixe des distances à respecter pour l’implantation de ruches.

au moins 10 mètres de la voie publique
en milieu urbain : à 50 mètres des habitations ou immeubles à caractère collectif.

Cependant il n’y a pas de prescription de distances si les ruches sont isolées par une clôture d’au moins 2 mètres  (mur, palissade, haie vive).

 

Mairie de Tulle - 10 Rue Félix Vidalin - BP 215 - 19000 Tulle - 05 55 21 73 00 / Du lundi au jeudi 8h30-12h/13h30-17h30 / Vendredi 8h30-12h/13h30-17h
VERSION MOBILE ©comevents